Appelée «l’île aux cent moulins», Marie-Galante combine naturel et culture au sein de sa forme drôlement arrondie. Celle-ci lui vaut aussi le nom de «la grande galette». Ses magnifiques plages de sable blanc sont préservées et la sérénité est de mise.

L’archipel est composé de trois communes : Saint-Louis, Capesterre et Grand-Bourg. Restée authentique siècle après siècle, Marie-Galante porte parfaitement son nom. Dans les rues, on peut encore croiser des moyens de transport d’antan comme les chars à bœuf jadis utilisés par les paysans. Il est aussi possible d’assister à des combats de coqs ! Non, ce n’est définitivement pas une légende !

L’exploitation de la canne à sucre est très présente ainsi que la distillation, et c’est bel et bien à Marie-Galante que revient le meilleur rhum, mais aussi le plus fort. Veillez à bien vous abriter à l’ombre après dégustation pour tirer le meilleur parti de ce délicieux breuvage ! Profitez-en pour faire la visite de l’une des distilleries : Poisson, Bielle ou Bellevue. Quant à l’ancienne exploitation sucrière, elle est à découvrir au Château Murat.

S’il y a un moulin à voir, c’est celui de Bézard. Il fut construit au XIXème siècle et reste le seul encore en activité. Un monument donc !

L’île a d’autres cordes à son arc avec une gastronomie somme toute originale et délicieuse. De nombreux restaurants proposent le plat traditionnel, le bébélé, composé de tripes et de bananes vertes. Vous pourrez goûter aussi au chaudage qui est le pot-au-feu marie-galantais. Et pour vous prélasser, rien de tel que la plage Anse-Canot ou la Feuillère.

Enfin, au mois de juin de chaque année est célébré le plus grand événement musical : le Festival Terre de Blues qui regroupe des musiciens amateurs mais pas moins talentueux. A ne louper sous aucun prétexte pour danser sur un rythme endiablé !

Au Jardin des Colibris vous recommande vivement de vous échapper le temps d’une journée sur cette île des plus coutumières. Ainsi, vous vous ennivrerez de la plus pure tradition créole avant un retour au beau milieu des tropiques de Basse-Terre. Une bien jolie transition, ne trouvez-vous pas ?